Certains godes dangereux pour la santé ?

Untitled-1

Depuis quelques années, de nombreuses voies s’élèvent pour signaler la très forte teneur en phtalates de certains jouets sexuels et leur possible dangerosité pour le corps humain. Mais jusqu’ici, il semble que les législateurs n’aient toujours pas daigné s’emparer du problème en instaurant un taux maximal de phtalates comme ils l’avaient fait en 2005 pour les jouets pour enfants. Résultat, certains études menées notamment par Greenpeace ou des médias indépendants (voir vidéo) signalent que certains godes contiennent jusqu’à 59% de phtalates alors que la norme pour les jouets est de 0.1% !

La question qu’on est donc en droit de se poser est de savoir si on court un risque en jouant avant un gode, et s’il est possible de s’en protéger.

Les phtalates, c’est quoi ?

Ce sont des dérivés de produits pétroliers utilisés pour assouplir le plastique. Ils ne sont pas très chers, et sont donc largement utilisés dans l’industrie, notamment pour certains produits bon marchés. Concernant leur effet sur l’organisme, certains phtalates agissent comme des perturbateurs endocriniens, qui interfèrent avec le développement et le fonctionnement des organes reproducteurs. Il est bon de signaler également que les phtalates ne sont pas liés au plastique, ils peuvent donc très facilement migrer dans l’organisme. Une étude du ministère danois de l’environnement conclut même qu’une usage vaginal d’un gode contenant des phtalates reviendrait à une ingestion orale des substances toxiques. Les phtalates sont susceptibles de poser des problèmes de reproduction : diminution de la fertilité, toxicité pour le testicules, perturbation du développement des organes… Certaines sources accusent même les phtalates d’être responsables de la baisse du nombre d’hommes dans la population !

Préservatifs et godes « bios »

Alors que faire ? se rabattre vers les concombres, bananes, et autres godes bios ? Pas de panique, il y a des solutions moins extrêmes. Il faut noter d’abord que la présence de phtalates a surtout été observée dans des articles de basse qualité, de type « jelly« . Un signe pour les reconnaître est l’odeur de plastique renfermé qui s’en dégage lorsque l’on ouvre l’emballage pour la première fois. Certaines matières sont exemptes de phtalates, comme le silicone, le latex, le caoutchouc, le plastique non PVC, le pyrex, le técanate, l’acétal, le métal, le bois. Le PVC lui, en contient ! Alors le meilleur moyen de s’en protéger, si vous avez un doute sur la composition de votre gode, est d’utiliser un préservatif, qui protège des MST mais aussi des phtalates !

Signalons également que certains fabricants indiquent maintenant sur l’emballage « Phtalates Free », ce qui n’est pas une garantie, dans la mesure où les fabricants ne sont pas tenus d’indiquer la composition des godes, ni de respecter une teneur minimale en phtalates. Fiez-vous surtout à la matière du gode !

Vers une réglementation ?

Le meilleur moyen de régler le problème, en attendant de faire la lumière sur tous les effets des phtalates sur l’homme, et de s’en tenir au principe de précaution et d’étendre la réglementation sur les jouets pour enfants aux jouets pour adultes, en instaurant une teneur maximale en phtalates. Mais apparemment, ce n’est pas pour demain !

Pour en savoir plus, voici une vidéo diffusée sur une chaîne Suisse, ainsi que quelques liens utiles.

Laisser un commentaire