Devenir TTBM

« Doublez la taille de votre sexe ! Un taux de réussite exceptionnel ! Guérit l’impuissance ! Élimine les risques de cancer de la prostate ! Résultat garantis ! »

Depuis des années déjà, ces pubs constituent le sujet principal des nombreux spams que nous recevons dans nos boîtes de réception. De nombreux sites vantent les méthodes secrètes et efficaces pour augmenter la taille du pénis. Et devinez quoi, ils sont prêts à nous les révéler pour une poignée de dollars ! De quoi attiser la curiosité de n’importe quel homme, gay ou hétéro, même bien pourvu par la Nature. Qui n’a jamais rêvé en effet d’avoir une plus grosse queue ? Evidemment, la plupart de ces méthodes relèvent de l’escroquerie pure et simple, et au lieu d’y gagner des centimètres, vous y perdrez beaucoup de fric ! Disons le tout simplement, aucune crème ne fait grandir la queue ! Certaines méthodes peuvent avoir un effet visible sur la taille du sexe, mais elles ont souvent des effets secondaires plutôt désagréables, ou sont tout simplement dangereuses.

La chirurgie : réservée aux plus désespérés, cette solution ne semble pas donner de bons résultats, la plupart des témoignages font état de résultats médiocre voir désastreux ! Deux techniques sont utilisées par les chirurgients. Pour augmenter le diamètre, il est possible d’injecter de la graisse préalablement extraire au niveau du ventre (lipostructure). Inconvénient : le résultat est visible uniquement au repos. La deuxième méthode permet d’augmenter la longueur de la verge, en sectionnant en partie le ligament suspenseur, qui relie la base de la verge à l’os pelvien. Le problème, c’est que ce ligament n’est pas là pour rien ! En le coupant, il peut advenir une certaine instabilité de la verge. Pire, le ligament peut se reconstituer de lui-même, mais avec une taille inférieure. Ajoutez à cela toutes les complications liées aux opérations chrirugicales. Bref, à éviter !

Le stretching : en résumé, cette méthode consiste à suspendre des poids au sexe pour l’allonger ou d’utiliser des tuteurs en plastique ou métal que l’on allongent de quelques millimètres chaque jour. Non content d’être particulièrement décorative, cette méthode est surtout très dangereuse ! De nombreux éléments du corps caverneux (l’intérieur du pénis) peuvent se rompre et rendre impuissant ! De plus, la technique ne donne pas de résultats satisfaisants. A proscrire absolument !

La pompe à vide : très à la mode chez les gays dans les années 80, les pompes à vide sont des tubes larges que l’on place sur le sexe avant d’actionner une pompe manuelle qui chasse l’air. En créant le vide dans le tube, le sexe est forcé de se gorger de sang. Il s’allonge et s’épaissit à son maximum. Outre que la pompe ne marche bien qu’avec certains pénis (les sexes pas assez  » caoutchouteux  » résistent à l’appel d’air), l’effet ne dure au mieux que quelques minutes. De plus, le pompage « extrême » pratiqué jusqu’à la douleur par certains forcenés est très dangereux pour les mêmes raisons que la méthode précédente (rupture des vaisseaux sanguins entre autres). Je signale toutefois que certains témoignages (invérifiables) font état d’une augmentation relative de la taille du sexe au bout de 4 ans d’utilisation à raison de 30 minutes par jour. Mais dites-vous quand même que si ça marchait, vos amis vous aurait prévenu.

Free-Shipping-Penis-Enlarger-Advanced-Penis-font-b-Pumps-b-font-Penis-extender-Hand-Grip-font

Voilà le bilan pour les 3 techniques d’agrandissement du pénis les plus répandues sur Internet. A présent, attardons nous sur la seule qui semble à la fois accessible et inoffensive. Elle s’appelle (entre autres noms) la « méthode soudanaise » ou « Jelq », parce qu’il s’agirait d’un secret traditionnel des Soudanais pour avoir un gros sexe qu’il se transmettrait de père en fils ! Même si cette histoire à tout l’ airs d’un bon gros mensonge marketing destiné à nous appâter, il a le mérite d’être assez original. Passons. Concentrons nous sur les étapes de l’exercice proprement dit. Une fois retiré les insupportables interprétations pseudo-mystiques destinés enjoliver le produit, voici la marche à suivre pour un brave européen incrédule.

La méthode « soudanaise » Jelq d’agrandissement du pénis :

  1. Trouvez-vous un endroit tranquille. Il vous faudra aussi un gel lubrifiant (crème pour les mains, vaseline, huile de massage, peu importe du moment que ça n’irrite pas la peau du sexe). Si vous sentez une irritation, arrêtez immédiatement. Pensez également à mesurez votre sexe pour voir vos améliorations futures !
  2. Mettez-vous debout ou assis et commencer par « stimuler » le pénis pour arriver à un stade de semi-érection. L’idée est de remplir le sexe avec assez de sang pour le rendre plus large sans pour autant parvenir au stade de l’érection. Pensez également à respirer profondément pour bien oxygéner votre sang. Cette phase de « chauffe » est essentielle. Le pénis est un tissu spongieux qui se gorge de sang pour se durcir, et non pas comme certains le croient encore un os ou un muscle ! Le tissu spongieux se doit donc d’être dilaté et chaud pour bien réagir aux manipulations qui suivent. Si vous avez une érection, arrêtez un moment et reprenez lorsque le membre sera redevenu plus flacide.
  3. Le principe de base de la « technique soudanaise » d’agrandissement du pénis est de forcer le sang à se déplacer d’une partie du pénis à l’autre, améliorant ainsi l’irrigation et la capacité de dilatation. Le sang qui entre dans le sexe n’est en effet pas statique, il peut être manipulé en exerçant une pression sur une partie du pénis, un peu à la façon d’un ballon rempli d’eau qui peut changer de forme si vous poussez toute l’eau d’un côté. Vous devez donc vous masser la verge en utilisant uniquement le pouce et l’index, qui doivent former un anneau autour du sexe. Enserrez la base de la verge avec les deux doigts (comme pour former la lettre O), la main bien au-dessus du sexe et vous faites glisser vers le gland. Vous pouvez alterner de mains entre chaque passage. Vous devez faire vos mouvements dans la direction « naturelle » de votre sexe : vers le bas ou le haut selon votre inclinaison naturelle. N’oubliez pas de mettre un peu de lubrifiant pour que cela glisse bien. Les mouvements se doivent d’être fermes, pas trop rapides et surtout pas douloureux. Le sang est bloqué par l’anneau de vos deux doigt et est forcé d’affluer de la base du pénis vers le gland. Un autre nom de cette méthode est « traire la vache » pour des raisons qui devraient à présent vous sembler évidentes !

4 – Il vous reste à patiemment répéter l’opération durant 5 bonnes minutes chaque jour.

5 – Une fois les 5 minutes écoulées, masser gentiment le valeureux pénis avec les deux pouces. La plupart des témoignages conseillent de se livrer à cette activité le matin, avant la douche, car l’eau bien chaude viendra achever le phénomène de dilatation/irrigation.

6 – Variantes : chacun fera évoluer cette méthode au fil du temps, la façon de se masser varie sensiblement selon les individus et on finit par observer chez certains sujets des mouvement rotatif, ou vers le haut, à pleine main, etc. On peut aussi augmenter la durée de l’exercice à volonté, du moment qu’aucune douleur, aussi petite soit-elle, n’apparaît.

7 – Si à n’importe quel moment votre sexe commence à être irrité ou à « tirer » douloureusement, arrêtez immédiatement !

Pour les plus perfectionnistes : la méthode Kegel. En plus de la technique manuelle d’agrandissement du pénis pseudo-Somalienne, il existe une méthode complémentaire à laquelle se réfèrent de nombreux sites. Elle semble plausible mais demeure très laborieuse en pratique.

La méthode Kegel :

La méthode Kegel joue sur un petit muscle très important chez l’homme, celui qui fait remonter par ses spasmes le sperme de la prostate vers le pénis et provoque ainsi l’éjaculation. En somme c’est le muscle qui presse comme un citron la prostate. Mais c’est aussi le muscle qui envoie le sang dans le pénis. Pas étonnant donc que la maîtrise de ce muscle soit un grand classique dans plusieurs cultures : on en retrouve des échos chez les Indiens par exemple, et le Kama-Sutra s’y réfère aussi. Pour le coup il s’agit vraiment de faire travailler le muscle de la prostate !

La méthode Kegel est européenne et a été créée il y a 40 ans par le docteur du même nom, un gynécologue qui avait étudié un muscle similaire chez les femmes, lequel joue un rôle important lors des accouchements. Il s’est ensuite intéressé à la version masculine du muscle et a élaboré toute une théorie mettant en avant les bienfaits d’une série d’exercices de son inventions. Selon le docteur, les exercices permettent une meilleure érection, des éjaculations impressionnantes, la disparition du cancer de la prostate, etc.

  1. Localiser le muscle de la prostate. Ce n’est pas si simple qu’on pourrait le croire. On le sent furtivement lorsqu’on jouit, caché derrière la vessie. La technique qu’il recommande pour le trouver et d’essayer de faire bouger le sexe sans les mains et sans bouger le reste du corps. Il conseille en parallèle de mettre une main entre les couilles et l’anus et d’appuyer fort pour le sentir. Élégant.
  2. Il s’agit ensuite de serrer ce muscle gentiment durant 15 secondes et le laisser se reposer 15 secondes, et ce 25 fois. Une fois achevées les 25 répétitions, il faut se reposer une minute et recommencer 3 fois. Il ne s’agit encore que de l’échauffement du précieux muscle.
  3. Ensuite, il faut resserrer le muscle au maximum. Dès que vous êtes au maximum : relâcher. Il n’est pas requis de maintenir la pression comme dans la phase précédente, il faut juste aller au maximum. Le plus dur est de ne pas confondre le muscle de la prostate avec celui de l’anus qui peuvent se confondre facilement. Il faut au moins parvenir à effectuer le mouvement au moins 30 fois. Les habitués pourront répéter l’exercice jusqu’à ne plus y arriver. Des champions arrivent à des séries de 300 !

Une alternative à la phase 3 appelée « exercice isométrique » consiste à stimuler le sexe jusqu’à une érection complète et solide. Ensuite, on place la paume de la main sur le gland et on appuit doucement vers le bas. On serre alors le muscle de la prostate pour contrecarrer l’effet de la main. S’engage alors une lutte entre la main et le muscle… A répéter 30 fois maximum.

Les techniques d’agrandissement du pénis ci-dessus sont vendues sous de nombreuses formes et variantes, mais il ne s’agit que de déclinaisons. Trop se focaliser sur sa queue peut être source de problème psychosomatique et qu’il faut aussi savoir parfois la laisser tranquille. Cela dit, la méthode soudanaise est en tout cas un formidable moyen de relaxation. On sent son sexe « vibrer » une bonne partie de la journée. Les résultats sur la taille en érection ne sont censés apparaître qu’après des années, avis aux plus courageux !

2 Comments

  1. Nicolas

    13 juillet 2009 at 8:40

    En résumé, si on est bien monté, tant mieux, si on a un petit pénis, on le garde ainsi toute sa vie comme ça !

  2. tony saliba

    7 avril 2010 at 23:04

    merci pour ce commentaire je vais essaié cette methode et vous rendre la réponse merci bien

Laisser un commentaire